Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le pianiste Jean-Efflam BAVOUZET sur tous les Tons
  • Le  pianiste  Jean-Efflam  BAVOUZET sur tous les Tons
  • Contact

Archives

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 00:00

Au  Palais de la Musique et des Congrès à Strasbourg (67) à 20h30


Concert  donné dans le cadre du centenaire de la naissance d'Olivier Messian


 

Olivier Messian (1908 - 1992)

Orchestre Philarmonique de Strasbourg, Marc Albrecht Direction
Jean-Efflam Bavouzet, piano
Valérie Hartmann-Claverie, ondes martenot


 
Turangalîla-Symphonie, pour piano solo, ondes Martenot et grand orchestre 
 
-  1)  Introduction  – modéré un peu vif

-  2)  Chant d’amour  – modéré, lourd – passionné, un peu vif

-  3)  Turangalîla – presque lent, rêveur – bien modéré

-  4)  Chant d’amour  – bien modéré – très modéré, avec amour

-  5)  Joie du sang des étoiles  – vif passionné, avec joie – de plus en plus passionné,  joyeux.

-  6)  Jardin du sommeil d’amour  – très modéré, très tendre

-  7)  Turangalîla (7).

-  8)  Développement de l’amour

-  9)  Turangalîla (9) – bien modéré

- 10)  Finale (10) – modéré presque vif, avec une grande joie



Commentaire :

UN PHARE DE LA MUSIQUE DU XXÈME SIÈCLE


Comment célébrer avec plus d’éclat le centième anniversaire de la naissance d’Olivier Messiaen (1908-1992) qu’avec le monument qu’est la Turangalîla-Symphonie ?

 

Cette oeuvre en dix parties « pareille à une énorme chaîne de montagnes »

(la comparaison est du musicologue Harry Halbreich, spécialiste du compositeur) a été écrite entre 1946 et 1948 sur une commande de Serge Koussevitzky.

Elle fut créée le 2 décembre 1949 par Leonard Bernstein et l’Orchestre symphonique de Boston. Le mot sanskrit qui lui donne son titre signifie « tout à la fois chant d’amour, hymne à la joie, temps, mouvement, rythme, vie et mort » selon les mots de Messiaen.

 

Nous voilà face à une immense fresque sonore en forme de réflexion sur la destinée humaine, un tourbillon parcouru de quatre thèmes cycliques qui entraîne l’auditeur dans une impressionnante sarabande, où se croisent diaphanes évocations florales et mystérieuses et hiératiques figures tutélaires.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires