Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le pianiste Jean-Efflam BAVOUZET sur tous les Tons
  • Le  pianiste  Jean-Efflam  BAVOUZET sur tous les Tons
  • Contact

Archives

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 20:59
20091216_todays-zaman.jpg



Loué pour son charisme sur scène, poétique et dynamique, Jean-Efflam Bavouzet se produira pour les amoureux de la musique turque pour la seconde fois ce jeudi 16 décembre 2009 dans le cadre de la série de concerts mensuels à Istanbul. Bavouzet est considéré comme la dernière découverte du maestro Sir Georg Solti du Chicago Symphony Orchestra ; il est régulièrement invité par de nombreuses salles de concerts et par d'importants festivals de rénommée internationale. Lors de son interview avant son concert avec Today's Zaman, Bavouzet déclare qu'il a tant apprécié la Turquie lors de sa précédente visite qu'il a même amené sa famille cette fois-ci.

Qu'est-ce qui vous a amené à l'origine à commencer à jouer de la musique ?
 
Pourquoi avez-vous étudié le piano, en particulier ? 
Comme avec la plupart des pianistes, ma mère m'a mis au piano en premier. Pourtant, au cours de mes études musicales, j'ai appris d'autres instruments : le hautbois, la percussion et la musique électronique. Mais la richesse du répertoire écrit pour piano m'a convaincu de me concentrer sur cet instrument.
 


Vous avez participé à des essais de collaboration avec de nombreux autres artistes. Qu'avez-vous retiré de ces essais ?
Comment vous ont-ils changé en tant qu'artiste ?

Il s'agit d'une question très intéressante qui mérite une longue réponse. Bien sûr, en musique, comme dans la vie, toutes les personnes que vous rencontrez et avec lesquelles vous travaillez, peuvent vous influencer, si vous le voulez. Elles peuvent vous aider à comprendre le meilleur et peuvent  vous apporter une toute nouvelle façon de penser et de sentir. Par exemple, prenons le cas du compositeur hongrois Béla Bartók, dont j'enregistre désormais l'œuvre à Manchester ....
J'ai entendu la langue hongroise à la maison pendant près de 30 ans, car ma femme est hongroise, et je suis fier que nos filles soient à l'aise dans les deux langues ; j'ai eu la chance de visiter la Hongrie tant de fois et j'ai eu la bonne fortune de rencontrer et de travailler avec les plus grands musiciens hongrois, comme Maestro Solti, le pianiste Zoltan Kocsis, le violoncelliste János Starker et le groupe de percussion Amadinda . Toutes ces rencontres m'ont aidé énormément à comprendre ce qu'est la musique de Bartók et comment elle doit être jouée. Je pourrais aussi dire la même chose pour la musique de Debussy.

Même si je suis français, sa musique n'était pas du tout si immédiate pour moi.Et merci aux réflexions de Pierre Sancan, qui fut l'élève d'Henri Büsser, qui connaissait très bien Debussy. Le travail sur de nombreuses reprises avec Pierre Boulez a grandement influencé ma façon d'aborder cette musique subtile. Et maintenant, après cette longue maturation, je me sens chez moi quand je joue Debussy. Mais ce n'était pas du tout le cas il ya 20 ans. Je suis heureux de voir la réaction de la presse à mes enregistrements Debussy car ils sont en réalité le résultat d'un très long processus de maturation et de travail.

Avez-vous des nouveaux projets en tête pour l'avenir ?

Nous avons maintenant de nombreux projets en préparation avec Chandos. En Mars 2010 sortira le premier album d'un cycle complet des sonates de Haydn. J'ai aussi entrepris les sonates de Beethoven, qui seront publiées dans un délai ultérieur. Je suis actuellement entrain d'enregistrer des concertos de Bartók, et en avril je vais enregistrer deux magnifiques concertos de Ravel avec la Fantaisie de Debussy moins connue.  Par conséquent,  j'ai beaucoup de projets discographiques.

Vous avez interprété une série de concerts il ya deux ans en Turquie. Quelles sont vos impressions sur le pays ?
 
Je l'ai tellement aimé que cette fois, ma famille se joint à moi, et nous allons passer quelques jours ensemble dans cette ville fascinante [Istanbul]

Comment avez-vous choisi le répertoire de votre représentation à Istanbul ?  Que peut en attendre votre auditoire ? 
J'ai choisi
parmi les pièces de Debussy qui me sont les plus chères, couvrant un large éventail d'ambiances et d'atmosphères et de virtuosité. J'aime combiner les études et les préludes.  Certaines des études sont très poétiques, comme celle pour les arpèges composés, et certains des préludes sont très techniques, comme celui pour les tierces alternées.  Le Monde de Debussy est si vaste et si riche, si subtile et si passionnée, si délicate et si violent.  Je serais très heureux si les auditeurs parvenaient à voir et entendre combien Debussy est grand…  Je me sens béni d'avoir la chance de partager la beauté de la grande musique écrite par les grands esprits.



                 © Today's Zaman 
 




Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José - dans PRESSE CRITIQUE
commenter cet article

commentaires